design sonore

Le tramway de Nice Côte d'Azur
ligne n°2

Design Sonore
 "Ouest-Est" Aéroport - Port

inauguration du premier tronçon
30 juin 2018

Lundi 22 janvier 2018, Jean-Jacques Aillagon et Christian Estrosi, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, ont dévoilé les œuvres d'art qui jalonneront la future ligne Ouest-Est du Tramway.

Michel Redolfi signe l'identité sonore de la ligne 2 aux côtés de 11 plasticiens : Ben, Sacha Sosno, Ernest Pignon-Ernest, Philippe Ramette, Noël Dolla, Jean-Pierre Raynaud, Jean-Charles Blais, Stéphane Pencréac'h, Joana Vasconcelos, Kim Sooja et Tania Mouraud, dont les œuvres accompagnent le tracé du Tram.

Le design des rames est signé Ora Ïto.

Le design sonore de la ligne 2 du Tramway de Nice 2018

Les nouveaux "sonals" de la ligne 2.

Michel Redolfi prolonge sur la nouvelle ligne le travail réalisé sur la ligne 1 en 2007 avec des nouveaux "sonals" qui enrichissent l’expérience des trajets urbains. Ces miniatures vocales et musicales annoncent de façon ludique les messages du parcours à l’intérieur des rames.

Les voix sont multiples et de caractère, les textures sonores étroitement liées à la topographie et au patrimoine urbain de la ligne allant d’est en ouest : depuis le port Lympia, le tramway démarre en souterrain dans les fondations historiques de la ville, émerge en bordure de la Promenade dans le Nice contemporain pour culminer dans un envol futuriste en approche de l’aéroport.

Ce voyage dans l’espace et le temps a inspiré une partition musicale qui évolue progressivement sur le trajet : les 20 stations sont les touches d’un immense clavier virtuel que le tramway déclenche sur son parcours. Une gamme d’univers qui se mixe à l’infini sur son passage, grâce au tirage aléatoire de centaines de variations harmoniques, avec des modulations pour le jour et pour la nuit.

Un voyage progressif dans l’espace et le temps.

La ligne T2 est caractérisée par un axe offrant une progression topographique remarquablement cohérente du passé au présent.

Depuis le Port Lympia aux Aéroports 1 & 2, le parcours démarre dans les fondations historiques de la ville (Château-Garibaldi etc.) pour émerger dans un Nice de plus en plus contemporain au fil des stations. Le trajet culmine dans une invitation à l’envol au dessus du territoire avec les terminaux des aéroports.

En bifurquant dans la plaine du Var avec la prochaine ligne T3, on s’élancera dans un axe futuriste et écologique (Eco Vallée). Les stations T2 de la fourche (dont Digue de Français) amorcent ce virage métaphorique.

En résumé, dans une lecture du parcours de la ligne 2, d’Est en Ouest :

Zone Historique : les stations souterraines

Zone actuelle : les stations aériennes

Zone future : les terminaux Ouest, ainsi que la prochaine Ligne 3.

Cette partition (au sens "partage") du territoire de la Métropole entraine une partition musicale littérale :

Dans la journée, les sonals sont accordés sur une gamme tonale progressive et dynamique.

Vingt séries de sonals, une série par station, sont harmoniquement accordés et progressent en hauteur d’arrêt en arrêt, du port à l’aéroport.

Après des tessitures graves et chaleureuses pour les stations souterraines, une montée graduelle de la gamme s’opère sensiblement jusqu’aux terminaux Ouest (Aéroports, CADAM) qui résonneront délicatement dans des tessitures célestes. Ainsi la progression du parcours sera sans doute sensible pour l’expérience du voyageur, conjointement pour l’œil et l’oreille.

Les timbres des sonals du jour sont donc harmoniques, de facture claire avec un carillonnement sobre qui devrait passer l’épreuve du temps. Le design-même des rames Alstom-Ora Ito a en partie inspiré cette charte sonore.

Ces carillons contemporains seront de temps à autre (tirage aléatoire) enveloppés de paysages sonores évoquant les quartiers ou paysages traversés. Ainsi la Promenade et ses respirations de vagues et galets ponctueront le voyage du CUM au port de Carras. Les oiseaux du Parc Phoenix enchanteront les stations à l’entour…

Le parcours en soirée : un enchainement d’atmosphères harmoniques.

L’arrivée dans chaque station et arrêt sera amenée par une ambiance harmonique linéaire et apaisante qui contraste avec le carillonnement dynamique de la journée. Il s’agit de sonals en forme de "nuages sonores" aux tonalités douces. Ils sont également accordés à une montée en tessiture, d’Est en Ouest.

Dans les quatre stations souterraines se mixeront en plus des évocations de la vie nocturne des quartiers traversés. Ce sont les mélodies en sous-sol : la station Garibaldi-Le Château évoque les bars et clubs où l’on entend du jazz et l’accordéon traditionnel de Nice, la Georgina ; la station Alsace-Lorraine est ambiancée par des petites rêveries de piano classique, écho du quartier des Musiciens. Une manière d’ouvrir l’atmosphère du tunnel, de rester relié à la rue par des images mythiques de Nice.

SONOMATON - Casting de voix
du 17 au 26 mars
Foire de Nice - stand "Lignes d'Azur

 

dossier de presse...

Les voix du Tramway

Après le succès du premier SONOMATON, un concept original du compositeur et sound designer Michel Redolfi développé en 2007 pour le lancement de la Ligne 1, la Régie Ligne d’Azur renouvelle l’expérience SONOMATON pour la Ligne 2 du Tramway de Nice Métropole.

Pour la nouvelle ligne Est-Ouest, de nouveaux sonals sont en réalisation, intégrant voix professionnelles et voix amateurs de caractère recueillies sur le stand. Ainsi les visiteurs sont invités à donner un échantillon de leur voix en enregistrant dans la cabine du Sonomaton certains arrêts et messages de bienvenue de la future Ligne 2. Les meilleures annonces vocales seront retenues pour rejoindre les voix professionnelles qui ponctuent le parcours.

Le Sonomaton est un concept original du studio Audionaute développé avec Pascal Luquet.

Le tramway de Nice Côte d'Azur
en 2007

Un design sonore personnalisé inaugurant le principe des sonals. Un système de diffusion performant pour le confort des voyageurs

écouter et lire la suite...

Les voix du Tramway

Sonals évolutifs

reportages...

Les sonals du tramway de Nice

article : Le son dans la ville

Michel Redolfi entreprend en 2007 une approche inédite des messages à bord d’un tramway avec l’inauguration de la ligne 1 de la ville de Nice. En lieu d’une signature sonore unique à chaque arrêt, comme cela se pratiquait jusqu’alors, il conçoit un ensemble de miniatures qui encapsulent les messages d’information au sein de phrases musicales variant de station en station et au fil des heures. Il nomme ce format d’annonce enrichie et variable sonal, pour le différencier du jingle immuable de type SNCF.

En tant que compositeur Michel Redolfi a réalisé l’ensemble des musiques et des enregistrements vocaux. En tant que designer il a conçu un système de diffusion innovant qui assure un confort d’écoute unique dans un transport en commun.

2007-2017
En cette année 2017, les sonals bouclent leur première décennie de diffusion ininterrompue dans le tramway de Nice. Des mises à jour avec de nouveaux sonals  ont été intégrées chaque année.  Avec une moyenne de 35 millions de passagers l’an (100 000 jour), les sonals ont su créer un accompagnement pérenne  et chaleureux pour voyager à l’oreille dans la cité.

Le design sonore du Tramway de Nice  Ligne 1 - reportage FR3

Les voix du tramway /
casting  de la ligne 1

Michael LONSDALE

Daniel MESGUICH

Jean-Pierre HUARD

Gabrielle GALLIANO

Jennifer MOREAU

Lanie GOODMAN

Marina DEL GAUDIO

Adam REDOLFI

Yves ROUSGUISTO

Une polyphonie vocale

L’esprit de variation des sonals est sous-tendu  par un casting de voix multiples qui annoncent les stations : Acteurs du cinéma et de la scène comme Michael Lonsdale, Daniel Mesguich et Jean-Pierre Huard.

Voix de la radio avec Gabrielle Galliano (FIP), voix d’enfants, voix et instruments du  terroir avec Yves Rousguisto… enfin grâce au Sonomaton, un dispositif automatisé installé à la foire de Nice au printemps 2007, un grand nombre de niçois ont pu enregistrer un essai vocal. Un jury sélectionna 3 voix, des « vox populi » qui ont ainsi intégré le chorus des locuteurs professionnels.

Cet ensemble de timbres vocaux singuliers a permis de créer un esprit de compagnie de théâtre à bord, une présence vivante qui humanise la rame et accompagne sans jamais lasser, les passagers depuis 10 ans.

Sonals évolutifs dans la journée,
renouvelés en saison

Les voix et les musiques évoluent régulièrement dans la journée, baissent en niveau la nuit, prennent une autre tonalité le week-end. Des collections spéciales de sonals sont introduites au cours des saisons :  Série Jazz pour swinger au cœur de l’été. Sonals d’hiver cristallins pour célébrer les fêtes de fin d’année.

Le concept d’annonces à variation permet de conserver l’éveil des passagers en apportant des climats synchronisés avec le passage du temps. Ainsi, la diction des principaux locuteurs adopte un ton différent pour le jour et pour la nuit. Le niveau sonore également se modifie suivant les heures de traffic.

Enfin, selon un principe de tirage aléatoire, les annonces sont traduites alternativement en anglais et en italien à la desserte des gares et en niçois quand le tram s’arrête dans des quartiers traditionnels.

400 séquences musicales journalières

Michel Redolfi a composé au total plus de 400 sonals pour répondre à tous les cas de figure. Embarqués dans le système multimédia de chaque rame, ils sont déclenchés à l’approche des stations par GPS. Une horloge synchronise les versions du matin, de l’après-midi ou du soir

Durant le week-end, une partie des sonals composés pour le centre ville s’enrichit de paysages sonores restituant dans  la rame les ambiances des quartiers traversés : Criées du marché de la Libération, bruissements de la foule au cours Saleya, carillons de la cathédrale sont audibles comme si les vitres s’ouvraient sur la cité.

AUDIONAUTE 2018

contact